En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus ou modifier vos paramètres

Lexique de mots liés à l'univers de notre profession :

A comme ACERMI, ACOTHERM, Aménagement de combles

About
Pièce terminale d’une ligne de couverture (faitière ou arêtier).

Aboutage
Assemblage de deux pièces de bois bout à bout par usinage et collage.
tl_files/Evolubat/photos lexique/aboutage.jpg
ACERMI
La marque ACERMI (sigle de l’Association de CERtification des MAtériaux Isolants) certifie les isolants thermiques en fonction de leurs caractéristiques et de leurs possibilités d’emploi.

ACOTHERM
Le certificat Acotherm a pour objet de certifier les performances acoustiques et thermiques des menuiseries extérieures. Ce certificat est attribué par le CSTB suite aux tests réalisés en laboratoire.
Les valeurs obtenues sont fonction des matériaux utilisés.
Le label Acotherm garantit les performances d'isolation acoustique et thermique des menuiseries. La certification Acotherm concerne uniquement les produits dont l’aptitude à l’emploi, la durabilité et les performances mécaniques ont été évaluées dans le cadre d’une certification produit, c’est-à-dire que la certification Acotherm ne peut être attribuée qu’à des unités justifiant du droit d’usage d’une certification : NF, NF CERTIFIE CSTB CERTIFIED ou CSTBat. La justification des performances acoustiques est obtenue sur la base d’essais, alors que la justification des performances thermiques est obtenue à partir du calcul. Plusieurs niveaux sont attribués selon les performances (de AC 1 à AC 4 pour les isolements acoustiques correspondant à un niveau d'affaiblissement exprimé en décibels dB(A), et de Th 6 à Th 17 pour les isolations thermiques correspondant à un coefficient Uw d'isolation exprimé en W/m²K°)
Pour les certifications Acotherm consulter les listes sur leur site : http://www.cstb.fr/evaluations/certification-des-produits-et-des-services/loffre-du-cstb.html

AFNOR
Association Française de NORmalisation.
Organisme qui a pour mission d’éditer l’ensemble des normes françaises (NF)

Allège
Partie de mur sous une fenêtre.

Aménagement des combles
Transformation d’un volume existant, d’état de grenier en chambre confortable avec dressing, open space en mezzanine, gain d’espace avec création d’un bureau indépendant, salle de bains complémentaire, salle de jeux, espace détente…

Ancrage
Élément métallique assurant la fixation de la charpente au mur porteur : équerre, étrier, sabot.

Arbalétrier
Pièce inclinée d’une ferme de charpente ou d’une fermette industrielle, inclinée suivant la pente de la toiture qui reçoit les pannes ou les liteaux et constitue l’un des deux côtés du triangle dont l’entrait est la base.

tl_files/Evolubat/photos lexique/arbaletrier.jpg

Arêtier
Ligne saillante formée par la rencontre de deux pans de couverture.

Argon
Tout comme le double vitrage, le triple vitrage peut utiliser un remplissage de gaz rare pour perfectionner ses qualités d'isolation.
Les gaz rares possèdent des propriétés propres à renforcer le pouvoir isolant des vitrages au niveau thermique, en limitant les déperditions de chaleur produites par le simple emploi de lames d'air.
Ils sont non seulement moins conductibles que l'air mais aussi plus lourds. Ce qui limite en plus des pertes par conduction, les pertes dues à la convection en ralentissant les déplacements gazeux à l'intérieur des espaces clos des vitrages multiples
L'argon est aujourd'hui le gaz le plus employé dans la conception des doubles et triples vitrages, car il est celui qui représente le meilleur rapport qualité d'isolation - prix. Outre ces vitrages à lame d'argon, vous pourrez aussi opter des vitrages au krypton, plus performant mais également beaucoup plus coûteux.
Exemple comparatif :
Double vitrage, lame d’air 12 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,9 W/(m².K)
Double vitrage, lame d’argon 12 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,6 W/(m².K)

Assurance dommage ouvrage
Assurance qui doit être souscrite lors de la construction d'un immeuble par le maître d'ouvrage, qu’il soit particulier ou professionnel. Cette assurance va permettre une indemnisation et résolution d’un sinistre plus rapidement que le recours auprès de la garantie décennale de l’entrepreneur (assurance de l’assurance) .
Lors de la vente d’un bien de moins de 10 ans, un justificatif de l’assurance dommages ouvrages sera demandé impérativement par le notaire pour la signature de l’acte authentique

ATEX
Appréciation technique d’expérimentation. C'est un Avis Technique avec procédure allégée qui ne couvre qu’une utilisation restreinte du produit.

Aubier
Bois jeune composé des couches extérieures de l’arbre. Contient la sève et des matières nutritives susceptibles de favoriser le développement des insectes et des champignons lignivores qui viennent attaquer le bois. Quelle que soit l’essence de bois, l’aubier n’est pas durable et plus ou moins imprégnable.

Autoclave
Le bois est un matériau robuste. Mais pour certaines essences plus fragiles destinées à être surexposées aux intempéries (bords de mer…), un traitement autoclave est nécessaire pour renforcer leur résistance. Ce traitement permet également de protéger le bois des attaques d’insectes xylophages ainsi que des champignons.
Le traitement par autoclave consiste à insérer le bois dans un caisson hermétique puis à créer un vide d’air. Ensuite, le bois est imprégné de produit jusqu’à remplissage complet de toutes les cellules du bois. Pour y parvenir, ce procédé est réalisé sous pression.
Ce traitement est parfois nécessaire pour les bois de classe 3 et indispensable pour ceux des classes 4 et 5 (voir bois de charpente)
Cependant les lames en sapin traitées par autoclave, le produit utilisé est chimique (CCA : Cuivre-Chrome-Arsenic) se qui en fait un produit toxique. Il s’en vend des millions de m3 chaque année et son recyclage va poser de sérieux problèmes à la collectivité dans quelques années : il ne faut pas le brûler et il est considéré comme un déchet industriel. Ces produits sont interdits dans certains pays d’Europe du nord. Ses seuls intérêts : son prix et sa disponibilité

Auvent
Petit toit placé au-dessus d’une porte pour l’abriter.

tl_files/Evolubat/photos lexique/auvent.jpg
Avis technique
L’avis technique est délivré par un comité d’expert et concerne un produit de construction non traditionnel ne relevant pas d’un DTU. Les avis techniques sont gérés par le CSTB.

Avivé
Bois scié de section rectangulaire ne présentant que des arêtes vives.

B comme Bardage, BBC, Bioclimatique, bois de charpente

Baie
Ouverture pratiquée dans un mur pour créer une porte ou une fenêtre.

Balcon
Plate-forme accessible, en saillie d’une façade, et munie d’un garde-corps.

Bandeau
Planche de bois ou de panneau formant un habillage fixé en bout des chevrons et sur lequel se fixent les crochets de gouttière appelé aussi planche de rive.

Bardage
Lames de bois qui viennent couvrir la façade d’une maison ossature bois . Le bardage est implanté horizontalement le plus souvent, avec 3 types de pose possibles : la pose à recouvrement ou en clin, la pose à chevauchement et à embrèvement (emboîtement par rainures et languettes).

Bardeaux
Élément en bois de petites dimensions utilisé comme matériau de couverture ou de bardage appelé aussi Tavaillon

Barrière d'étanchéité
Obligatoire lorsqu’une ossature bois est posée sur un soubassement en béton ou en maçonnerie.
Elle a pour fonction d’empêcher les remontées d’humidité. Les matériaux utilisables sont décrits dans le DTU 31.2.

Bastaing
Ce terme définit une poutre de bois de section rectangulaire environ 8 x 16 cm qui sert à la construction d’une charpente

Bavette
Bande de métal recouvrant les bandeaux, les arêtes de toit ou en façade supérieure pour rejeter les eaux en les éloignant de la façade.

Bavette d’égout
Bande de métal en bas de toiture pour rejeter les eaux d’infiltrations de l’écran de protection dans la gouttière des eaux pluviales.

BBC (bâtiment basse consommation)
BBC-EFFINERGIE est la marque du label officiel "bâtiment basse consommation énergétique, BBC 2005". Le label BBC-Effinergie est la référence française des bâtiments à très faible consommation d'énergie en neuf (objectif de consommation maximale pour les constructions résidentielles neuves fixé à 50 kWhep/m2.an.) et en rénovation (niveau de consommation en énergie primaire pour le chauffage, l'eau chaude sanitaire, l'éclairage, la ventilation et les auxiliaires de ventilation et de chauffage fixé à 80 kWhep/m2.an). La méthode de calcul est identique à celle utilisée pour la RT 2005.

BF 88
Le DTU BF 88, norme NF P 92-703, de 1988, concerne les règles de justification par le calcul de la résistance au feu des structures en bois.

Bioclimatique
La conception bioclimatique d’une maison tient compte
. de l’intégration au site : orientation au soleil, au vent, au bruit,
. des masques architecturaux et végétaux pour capter la chaleur en hiver et s’en protéger en été
. de la taille des baies vitrées, leurs positions et leurs modes de protection,
. de la forme du bâtiment, sa compacité

Bleuissement (bleu)
Coloration bleuâtre provoquée par des champignons dans l’aubier de certains bois, notamment résineux et feuillus tropicaux. Il n’entraîne pas de changement appréciable de consistance et de propriétés

Blochet
Dans une charpente traditionnelle, le blochet est une pièce de bois horizontale, posée sur la sablière et reliant le pied de l'arbalétrier à une jambe de force.

tl_files/Evolubat/photos lexique/blochet.jpg

Bois de charpente
Les bois sont classés selon les risques encourus et leurs utilisations.
Classe de risque 1
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois est sous abri, entièrement protégé des intempéries et non exposé à l’humidification
Bois pour utilisation intérieure en milieu sec - structure ossature, charpente, parquet, aménagement - les risques sont liés aux insectes xylophages et aux champignons. Le bois est alors traité par un simple trempage ou badigeonnage à l’aide d’un produit de préservation adéquat.
Classe de risque 2
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois est sous abri, entièrement protégé des intempéries, mais où une humidité ambiante élevée peut conduire à une humidification occasionnelle mais non persistante.
Classe de risque 3
Bois pour utilisation extérieure verticale mais hors contact avec le sol.
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois n’est ni abrité, ni en contact avec le sol. Il est, soit continuellement exposé aux intempéries, ou soit à l’abri des intempéries mais soumis à une humidification fréquente Il est possible de recourir au traitement autoclave dans certains cas
Classe de risque 4
Bois pour utilisation extérieure horizontale ou en contact avec le sol exposé en permanence à l’humidification - terrasses, balcons, clôtures, pilotis - le bois risque alors de pourrir sous l’effet de l’humidité. Un traitement par autoclave avec saturation du bois constitue le seul rempart efficace pour protéger le bois
Classe de risque 5
Bois en contact permanent avec l’eau de mer - pontons, bois immergés - les parties immergées échappent aux risques précédents mais subissent les attaques des térébrants marins. Le recours au même traitement que pour la classe 4 s’impose  

Brisis
Changement de pente d'un toit en bas de rampant.

C comme Calibel, CEKAL, Colombage, Credit d'Impot

CALIBEL
Isolation thermique et acoustique des murs de façade et des murs séparatifs(escaliers, ascenseurs, couloirs..) pour le neuf et la rénovation en tertiaire et résidentiel, habitation individuelle ou ERP.

tl_files/Evolubat/photos lexique/calibel-isolation-thermique-acoustique-des-murs.jpg

Caillebotis
Treillis de bois servant de plancher amovible pour une terrasse.

CB 71
Règles de calculs et de conception et de dimensionnement des charpentes en bois et assemblages référencé comme norme NF P 21-701, de 1971.

CEKAL
Organisme certificateur des vitrages, qu’ils soient isolants, feuilletés ou trempés. Il s’agit d’une association loi 1901, créée en 1989, qui délivre des certificats de qualification aux transformateurs de verre plat sur la base de contrôles et d'essais réalisés dans leurs centres de production. Cekal certifie notamment la résistance à la pénétration de l'humidité des joints d'assemblage, les performances acoustiques et les performances thermiques.
Un vitrage certifié peut porter une mention libellée comme suit :
"Verso 11 S2 CEKAL 980 + extension"
. Verso correspond à la marque commerciale
. 11 correspond à l’année de fabrication
. S2correspond au semestre de l’année en question
. la mention CEKAL indique que le vitrage est certifié.
. 980 correspond au numéro du centre certificateur.
. L’extension va indiquer de quel type de verre il s’agit, son usage éventuel et sa classe de performance.
Les extensions concernant le verre isolant sont V (vitrage extérieur collé), R (rénovation), E (résistant à l’ensoleillement), AR (acoustique renforcée) et TR (thermique renforcée).
Les extensions concernant le vitrage feuilleté proposent deux échelles selon la classe de performance. Une échelle qui va de P1 à P8 correspondant à la classe de performance pour la protection des personnes anti-infraction et anti-vandalisme (plus le chiffre est élevé, meilleure est la performance) et une échelle qui va de C1 à C5 correspondant à la classe de protection contre les armes à feu.
Deux extensions concernent le vitrage trempé : VT (vitrage trempé) et VD (vitrage durci).
Isolation acoustique
L’isolation acoustique des vitrages est libellée de AR1 à AR6 en fonction de leur classement : AR1 pour une isolation courante, dite de classe 1, à AR6 pour une isolation renforcée dite de classe 6.
Pour les certifications Cekal consulter les listes sur leur site : http://www.cekal.asso.fr

Chaînage
Élément en béton armé périphérique reliant les angles verticaux entre eux ainsi que la partie supérieure d’un ouvrage.

tl_files/Evolubat/photos lexique/chainage.jpg


Chandelle
Pièce de bois verticale soutenant une autre pièce horizontale.

Chanlatte
Pièce de bois de section triangulaire souvent placée sur la sablière ou les pannes posées d'aplomb, pour rattraper la pente du toit et recevoir les chevrons.

Chanvre (cannabis sativa ou chanvre textile)
Plante à la croissance rapide dont les fibres de la tige servent à la réalisation de matériaux isolants pour la construction. La laine de chanvre en rouleau offre de nombreux avantages : elle est légère, imputrescible, n’est pas comestible par les insectes et rongeurs et ses qualités thermique et acoustique sont intéressantes. Elle est souvent utilisée pour l’isolation des murs de maisons ossature bois et maisons bioclimatiques. Il existe aussi des panneaux destinés aux rampants de toiture ou aux planchers.

tl_files/Evolubat/photos lexique/chanvre.jpg
Chape sèche
La chape sèche est flottante et légère se pose sans eau. Elle est constituée de deux couches de plaques de plâtre spéciales particulièrement résistantes au poinçonnement, assemblées entre elles sur chantier.
Elle est mise en œuvre généralement sur une forme d’égalisation constituée de granules isolantes permettant la mise à niveau des sols déformés.

tl_files/Evolubat/photos lexique/chape-seche.jpg
Charges climatiques
Charges principalement dues aux effets du vent et de la neige sur la structure. Les valeurs à prendre en compte pour le dimensionnement des différentes pièces de bois sollicitées sont définies par les NV 65 et N 84. (et révisions)

Charges d'exploitation
Charges dues aux éléments de mobilier et à la fréquentation humaine sur une structure (plancher). Les valeurs à prendre en compte pour le dimensionnement des différentes pièces de bois sollicitées sont définies par la norme NF P 06-001

Charpente
Assemblage de pièces de bois, formant la toiture d'un bâtiment.
Charpente : assemblage dont les membres constituent l’ossature d’une construction
La charpente comporte plusieurs fermes, ce qui permet de répartir le poids du toit en lui assurant la rigidité nécessaire pour résister aux pressions extérieures

Châtaignier
C’était l’arbre à pain des campagnes au sol ingrat. La châtaigne nourrissait les hommes et les animaux, le bois servait à tous les usages, du piquet au meuble, du tonneau à la charpente.
Jaune fauve ou brun clair, son bois ressemble au chêne, mais il est un peu plus terne et sans maillure. Son fil est plutôt droit et son grain grossier s’assortit de zones poreuses. L’aubier est plus clair, très mince, 2 à 4 cernes, mais nettement distinct.
Le châtaignier a des caractéristiques voisines de celles du chêne. Il est néanmoins plus élastique et se fend plus facilement. C’est un bois qui travaille peu et sa forte teneur en tanin le protège des insectes xylophages et des champignons. Une charpente en châtaignier n’abrite pas d’araignées, dit-on ! Par contre, il se tache facilement, par décoloration à l’eau ou par réaction avec les métaux ferreux. Utiliser des vis et des clous traités anticorrosion.
Bois de charpente très apprécié, on le trouve aussi en piquets pour les vignes, et la tonnellerie l’utilise toujours. Les menuiseries extérieures en châtaignier se passent de traitement si elles ne comportent pas d’aubier, tout comme les bardages et les lambris extérieurs. A l’intérieur, parquet, meuble et aménagement en bois apparent offrent un joli décor.
Plus facile à travailler que le chêne, le châtaignier se prête bien à tous les travaux d’usinage, de façonnage et de finition. Attention, le tanin se dissout au contact de l’eau et le bois se marque d’auréoles difficiles à faire disparaître. On a donc tout intérêt à le protéger avec un bouche-pores

tl_files/Evolubat/photos lexique/chataignier.jpg
Chêne
Le chêne noble par nature
Considéré comme un bois résistant et rigide, il est dur à mi-dur, et son fil est droit, sans ondulation importante ni contre-fil.
Les utilisations sont multiples, le parfum des futs de chêne anoblit un grand nombre d’alcools et de vins.
Les menuiseries extérieures et intérieures, le placage, l’ameublement, la décoration, etc., mais c’est en charpente, parquet et escalier qu’on le trouve le plus souvent.

tl_files/Evolubat/photos lexique/chene.jpg
Chéneau
Canal métallique posé à la bordure du toit pour recueillir l’eau de pluie et la déverser dans le tuyau de chute (gouttière).

Chevêtre
Vide laissé dans un plancher ou une charpente pour le passage d'un escalier ou d'une cheminée.

tl_files/Evolubat/photos lexique/chevetre.jpg
Chevron
Pièce de charpente à section moyenne ( 8 cm x 8 cm ou 6 cm x 8 cm ) posé dans le sens du rampant directement cloué sur les pannes de couverture et recevant les liteaux qui soutiennent les éléments de la couverture.

tl_files/Evolubat/photos lexique/chevron-charpente.jpg
Clin
Élément constitutif d’un bardage posé à recouvrement horizontale, verticale ou de biais.
C’est une des techniques de pose de bardage - à clin - chaque lame vient recouvrir celle en dessous de quelques millimètres. Ce mot est devenu synonyme de bardage au fil du temps - la pose de clin.

tl_files/Evolubat/photos lexique/clin-bardage.jpg
Cloison
Paroi verticale de distribution des locaux et de séparation verticale entre les volumes intérieurs
Cloisons structurelles : participent à la résistance de la construction

Clos-couvert
Correspond à l’étape de construction d’une maison où après la dalle et les murs porteurs, ont été posés les huisseries extérieures (portes, fenêtres) et le toit. Cette étape est aussi appelée hors d’eau hors d’air.

Coefficient de sécurité
Coefficient de réduction à appliquer à une contrainte caractéristique pour en déduire une contrainte admissible (pour le bois 2.75)

Colombage
Les constructions à colombage sont des techniques de construction bois propres à certaines régions dont le principe consiste à laisser apparent à l’extérieur, les poteaux et poutres en bois constituant la structure porteuse du bâtiment.

tl_files/Evolubat/photos lexique/colombage-construction.jpg

Combles
Ensemble charpente couverture donnant la forme et le volume de la toiture d’un bâtiment
Ils peuvent être aménageables, habitables ou perdus.

Congé
Moulure dont le profil creux en forme de quart de cercle est l'inverse de celui de la moulure dite en quart de rond.

Connecteur
Plaque en tôle d'acier servant à assembler deux bois munie de dents embouties assurant la transmission des efforts.

Contrefiche
Pièce de bois oblique reliant l'entrait d'une ferme ou fermette à son faîtage et l’entrait à l’arbalétrier.

tl_files/Evolubat/photos lexique/contrefiche.jpg
Contrelatte
Pièce de bois de petite section fixée sur l'ossature et servant à fixer des éléments de couverture ou de bardage en créant une lame d'air.

COS
Abréviation de « Coefficient d’Occupation des Sols » qui régie la surface habitable constructible sur un terrain  

COV
Abréviation de « Composés Organiques Volatiles » substances émanant des matériaux de construction, de l’ameublement et de la décoration, que l’être humain respire au détriment de sa santé, certains étant cancérigènes (formaldéhyde, toluène, benzène, tétrahydrofurane, trichloréthylène, oxydes d’azote …)

Contreplaqué
Panneau composé de feuilles de placage de bois, disposées en plis superposés, croisés et collés.

Contreventement
Pièces de bois ou panneaux servant à assurer la stabilité d'un ouvrage contre la poussée horizontale du vent ayant pour fonction de stabiliser le bâtiment.

Coyau
Petit chevron placé en bas de versant pour changer la pente d'un toit.

Crédit d’impôt
En faveur des économies d’énergie et du développement durable.
Le crédit d’impôt sur le revenu est accordé aux personnes physiques, occupants d’une résidence principale (propriétaire ou locataire), lorsque les équipements sont posés et facturés par une même entreprise.  Il est prorogé jusqu’au 31/12/2012.
Le plafond des dépenses reste fixé à 8 000 € pour un célibataire, veuf ou divorcé, et à 16 000 € pour les personnes mariés (ou liées par un PACS), majoré de 400 € par personne à charge.
Toutefois, il s’applique désormais sur une période de cinq années consécutives (entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2012). Certains contribuables pourront ainsi bénéficier du plafond à deux reprises

Crémaillère
Limon découpé suivant le profil inférieur des marches.

Croix de St. André
Croix de bois ou de métal reliant les quatre angles d'un cadre pour en éviter sa déformation.

C.S.T.B. (centre scientifique et technique du bâtiment)
Établissement public qui effectue des recherches et mène des études dans le domaine de la construction et du logement (santé, sécurité, développement durable…). Grâce aux équipements de ses laboratoires, il teste les nouveaux matériaux et délivre des avis et agréments techniques.

C.T.B.A. (centre technique du bois et de l’ameublement)
Organisme dont la mission est d’offrir un appui technique aux professionnels de la filière bois (essais, normalisation et certification). Il œuvre aussi dans le domaine de la recherche, du développement (financement) et de la formation.

CTBX
Label des contreplaqués aptes aux emplois extérieurs. Ce label garantit le collage phénol-phormol résistant à l'humidité et aux intempéries.

D comme Déperdition thermique, double vitrage, dpc, dressing

Décharge
Pièces obliques en allège déchargeant la pièce d'appui vers le pied des poteaux.

Délardement
Profil obtenu en enlevant une arête d’une pièce de bois. Par exemple une panne d'aplomb délardée à la pente du toit.

Déperdition thermique
Perte de chaleur d'une maison non isolée.

tl_files/Evolubat/photos lexique/Deperdition thermique.jpg

Dévoyer
Détourner une pièce de bois de sa trajectoire normale, afin de permettre le passage d'autres pièces prioritaires.

Double vitrage
Le recours à un multi-vitrage, formé par l'addition des parois de verre constitutives du vitrage, est destiné à augmenter les performances d'isolation en créant des espaces hermétiquement fermés entre la face extérieure et la face intérieure de la fenêtre. Ces vitrages utilisent les lois physiques qui impliquent qu'un espace clos contenant un air sec et immobile, dans le sens où il ne permet aucun échange gazeux alentour, acquiert naturellement un pouvoir isolant.
Le recours aux revêtements à faible émissivité transparents sont composés d'une très fine couche d'oxyde métallique qui laisse passer les ondes courtes de la lumière du soleil en faisant écran à une partie de la transmission de la chaleur par rayonnement, caractérisée par des ondes plus longues. Relativement fragile, ce type de revêtement est de préférence appliqué sur une des faces internes des multi-vitrages et permet de nuancer l'effet recherché par le choix de sa position. En effet, son application sur la vitre la plus proche de l'extérieur limitera les apports de chaleur des forts ensoleillements en été, tandis que son application sur la vitre la plus proche de l'intérieur restreindra, au contraire, les pertes de chaleur la nuit et en hiver.

Douglas (pin d’Orégon)
Résineux originaire de la côte pacifique des Etats-Unis, il est maintenant présent en France dans les plaines et les massifs forestiers de basse altitude à climat océanique (Corrèze…). Sa couleur rosée à brun rouge est appréciée pour le bardage.

tl_files/Evolubat/photos lexique/douglas-pin-d-oregon.jpg

Décharge
Pièces obliques en allège déchargeant la pièce d'appui vers le pied des poteaux.

Délardement
Profil obtenu en enlevant une arête d’une pièce de bois. Par exemple une panne d'aplomb délardée à la pente du toit.

Déphasage
Le temps de transfert (ou déphasage) d'un isolant est le temps que met la chaleur à traverser cet isolant. Plus la densité de l’isolant (kg/m3) est importante et plus le temps de déphasage est long ce qui permet à la température intérieure d’une pièce à tendre vers une stabilité.
(la fraicheur d’une maison ancienne construite avec des murs épais en moellons donc une très forte densité reste fraîche en plein été).

tl_files/Evolubat/photos lexique/dephasage.jpg

DPE
Obligatoire à la vente depuis novembre 2006 et à la location depuis juillet 2007, le diagnostic de performance énergétique (DPE) permet lors de l’achat ou de la location d’un bien immobilier d’avoir une information, d’une part sur la consommation d’énergie du bien, d’autre part sur les émissions de gaz à effet de serre qui y sont liées.

Dressing
Pièce souvent borgne pour le rangement des habits contigüe à une chambre.

DTU
Les DTU (Documents Techniques Unifiés) sont des normes applicables aux marchés de travaux de bâtiment. Ils sont constitués de cahiers des clauses techniques (CCT), de cahiers de clauses spéciales (CCS) et ce Critères Généraux de choix des Matériaux (CGM).

E comme Eco Village, Escalier Escamotable, Escalier pas japonais

Ébrasement
Parties verticales d'une ouverture, dont la profondeur correspond à l'épaisseur du mur.

Échantignole
Pièce de bois triangulaire placée sur l'arbalétrier pour maintenir la panne.

tl_files/Evolubat/photos lexique/echantignole.jpg

Écharpe
Pièce de bois oblique participant aux contreventements.

Écluseau
Appelé aussi cache moineau, en volige ou contreplaqué, il est placé entre ou sous les chevrons en bas de pente pour fermer l'intervalle.

PTZ - Eco-prêt à taux zéro
Un seul Eco-PTZ par logement avec une exigence de performances pour certains matériaux et équipements pour toute construction construite avant le 1 janvier 1990 son application est prévue jusqu’au 31 décembre 2013
Le mieux pour faciliter la communication entre vous et votre banquier est de lui fournir les documents type mis à disposition par l’Etat sur le site de l’ADEME : http://ecocitoyens.ademe.fr/financer-mon-projet/renovation/eco-pret-a-taux-zero
Ces documents sont de 4 couleurs distinctes
Rose pour le Formulaire type Devis «Atteinte d’une performance énergétique globale minimale»
Vert pour le Formulaire type Devis «Réalisation d’un bouquet de travaux»
Saumon pour le Formulaire type Facture «Atteinte d’une performance énergétique globale minimale»
Bleu pour le Formulaire type Facture «Réalisation d’un bouquet de travaux»
Ces documents doivent être accompagnés des devis et factures détaillées fournies par notre entreprise

Eco-village
Ensemble de maisons bioclimatiques implantées en milieu rural et régies par un cahier des charges strict concernant le respect environnemental (bilan énergétique, gestion des déchets…). Il peut y avoir dans certains cas copropriété des sols ainsi que la présence de locaux à usage collectif. L’implantation d’un éco-village se fait presque toujours en collaboration étroite avec la municipalité.

Écran
Souple ou rigide, il protège des infiltrations de vent, de poussières, de neige etc.

Égout
Bas de versant d'une couverture.

Embrèvement
Assemblage d’éléments par emboîtement de rainure et languette.

Empannon
Chevron de croupe assemblé sur l’arêtier et la sablière.

Entrait
Pièce de charpente horizontale reliant les pieds des deux arbalétriers d'une ferme ou d’une fermette pour s’opposer à leur écartement, il peut être dit "haut" ou "retroussé" lorsqu'il est situé plus proche du faîtage (appelé aussi “tirant” ).

tl_files/Evolubat/photos lexique/entrait-charpente.jpg


Entretoise
Pièce de bois ou de fer de quelque nature que ce soit, qui relie deux autres pièces et maintien leur écartement.

Épure
Dessin géométrique et industriel réalisé à une échelle déterminée représentant le plan, la coupe, les détails d'une construction avec les cotes précisant ses dimensions.

ERP
Établissement recevant du public.

Escalier
Construction architecturale constituée d'une suite régulière de marches, les degrés, permettant d'accéder à un étage de passer d'un niveau à un autre en montant et descendant. Le terme a pour origine étymologique « scala », l'« échelle » en latin. Le métier correspondant est celui d'escaliéteur.

tl_files/Evolubat/photos lexique/escalier.jpg

Escalier échelle de meunier

tl_files/Evolubat/photos lexique/escalier-echelle-de-meunier.jpg

Escalier escamotable

tl_files/Evolubat/photos lexique/escalier-escamotable.jpg

Escalier pas japonais

tl_files/Evolubat/photos lexique/escalier-pas-japonais.jpg

Esquisse
Étude première dessinée à grands traits, d'un projet d'architecture. Elle indique la position relative des éléments de la construction. Les peintres, les graveurs, les sculpteurs font aussi des esquisses. Elle diffère de l'ébauche en ce qu'elle est distincte du dessin ou du projet lui-même, tandis que l'ébauche est l'œuvre elle-même au stade primitif de son exécution

Essence
Les différentes espèces d'arbres.

Étrier
Support métallique recevant pannes ou solives.

Étrésillon
Élément de faible longueur reliant des membrures, les arbalétriers ou les entraits.
Ce contreventement a pour but de maintenir l'entraxe des fermes et d'assurer la stabilité horizontale de la charpente.

F comme ferme ou fermette amenageable, fermette industrialisée

Facteur solaire
Le facteur solaire, différend encore du coefficient Ug, exprime la proportion d’énergie solaire transmise dans le logement à travers le vitrage. Un excellent facteur solaire de 0.42, caractérisant les V.I.R. (Vitrage à Isolation Renforcée) les plus performants pour le secteur de l’habitat, ne laisse donc passer que 42% de l’énergie du soleil, c’est-à-dire que 58% de l’énergie solaire ne pénètre pas dans l’habitat. En conséquence, plus le facteur solaire est bas, meilleure est la performance.

Faîtage
Arête supérieure d'un toit.

Ferme aménageable
Assemblage triangulaire de bois à forte section qui sert à supporter le toit, l’espacement entre fermes est généralement de 3.00 ml à 4.50 ml.
Cet ensemble forme les arbalétriers reliés à l'entrait avec contrefiches et poinçon court pour libérer l’espace aménageable.

tl_files/Evolubat/photos lexique/ferme-amenageable.jpg

Ferme non aménageable
Assemblage triangulaire de bois à forte section qui sert à supporter le toit, l’espacement entre fermes est généralement de 3.00 ml à 4.50 ml.
Cet ensemble forme les arbalétriers reliés à l'entrait avec contrefiches et poinçon.

tl_files/Evolubat/photos lexique/ferme-non-amenageable.jpg


Fermette aménageable
Une fermette aménageable est un ensemble de pièces de bois section courante 36 x 220 mm espacées de 60 cm en général assemblées entre elles par des connecteurs métalliques crantés. Le volume est dégagé en son centre afin de recevoir un plancher pour l’aménagement du comble. Il est à noter que la largeur d’aménagement est limitée suivant calculs de résistance pour une moyenne de 4.00 ml.

tl_files/Evolubat/photos lexique/fermette-amenageable.jpg

Fermette industrialisée (non aménageable)
Une fermette industrialisée est un ensemble de pièces de bois section courante 36 x 95 mm espacées de 60 cm en général assemblées entre elles par des connecteurs métalliques crantés, de façon à former une structure plane destinée à recevoir directement les supports de couverture et de plafond.
Ce type de charpente interdit toute possibilité de stockage.

tl_files/Evolubat/photos lexique/fermette-industrialisee.jpg

Feuilleté
Un vitrage feuilleté est composé de 2 ou plusieurs verres assemblés entre eux à l’aide d’un ou plusieurs intercalaires
La composition d'un vitrage feuilleté se présente sous la forme suivante : épaisseur du 1er verre (en mm), épaisseur du second verre, nombre de couches d'intercalaire PVB (chaque couche ayant une épaisseur de 0,38 mm).
Par exemple, un verre feuilleté 44.2 est composé de 2 verres de 4 mm assemblés par un intercalaire PVB de 0,76 mm.
Lors d'un choc, le verre peut se casser mais la plupart des éclats restent collés à l'intercalaire PVB
On distingue 2 grandes catégories d'intercalaires PVB :
. les intercalaires PVB clairs ou colorés,
. les intercalaires PVB acoustiques.
Le choix de la composition dépend des performances recherchées.
Le vitrage feuilleté peut intégrer des éléments verriers trempés.

Flambement ou Flambage
Déformation en arc de cercle d'un élément vertical ou horizontal soumis à une charge trop importante.
Courbure d'une poutre ou d'un plancher qui subissent des efforts transversaux.

tl_files/Evolubat/photos lexique/flambement-flambage-charpente.jpg

Fluage
Partie de la déformation restant définitive après déchargement, d'une pièce de bois horizontale sous l'effet d'une charge de longue durée.

Fronton
Ornement, le plus souvent triangulaire.

Fuste
Tronc d’arbre écorcé mais non raboté qui sert à la construction d’une maison en bois massif par empilement horizontal.

tl_files/Evolubat/photos lexique/fuste.jpg

G comme garde corps, géothermie, goutte d'eau

Gabarit
Modèle réalisé à la grandeur réelle pour servir au traçage, au calibrage ou au perçage d'une pièce

Galandage
Porte coulissante qui disparaît dans le mur lorsqu’elle est ouverte

tl_files/Evolubat/photos lexique/galandage-evolubat-1.jpg tl_files/Evolubat/photos lexique/galandage-evolubat-2.jpg
Garantie décennale
Assurance de responsabilité civile contractée par un constructeur et qui couvre le client contre tout vice pouvant rendre le bâtiment impropre à sa destination. Cette assurance est obligatoire et ne s'applique qu'aux seuls dommages matériels dans la limite du coût des travaux permettant d’y remédier.

Garde-corps
Ouvrage de protection établi au bord des zones de stationnement ou de circulation de personnes.

Géothermie
Utilisation de la chaleur de la terre qui se matérialise par des poches d’eau ou de roche chaudes dans le sol.
Des températures moyennes permettent simplement la production de chaleur (chauffage).
Les températures élevées qui permettent de générer de la vapeur servent à produire de l’électricité.

Gerce
Fente de surface étroite peu profonde et courte, conséquence du séchage du bois.

Giron
Largeur d’une marche d’escalier prise sur la ligne de foulée, de contremarche à contremarche.

tl_files/Evolubat/photos lexique/giron-escalier.jpg

Gousset
Pièce de bois placée dans l'angle formé par deux éléments pour en renforcer l'assemblage.
Pièce de métal ou de contreplaqué, servant à renforcer un assemblage ou à assurer (par des boulons, des pointes ou de la colle) la liaison de plusieurs éléments convergents.

Goutte d'eau ou larmier
Petit canal présent sous les éléments saillants exposés à la pluie. Il interrompt le cheminement de l'eau et l'empêche de ruisseler sur la façade ou de pénétrer entre l'ouvrant et l'appui.

Grisonnement (du bois)
Effet des ultraviolets et de la pollution qui font perdre au bois sa couleur d’origine sur quelques centièmes de millimètre. Cette modification de teinte n’affecte en rien la résistance de la maison bois dans le temps.

H comme Hérisson, HPV, HQE

Hérisson
Couche de fondation préparée en surface portante apte à recevoir une dalle de béton.

tl_files/Evolubat/photos lexique/herisson-evolubat-1.jpg
Hêtre
Il pousse à peu près partout en France, sauf sur la côte atlantique. C’est l’un des bois les plus prisés actuellement. Son aspect clair et peu veiné lui procure une certaine faveur. Son bois blanc à brun très pâle prend en vieillissant des nuances brun rose. Il a un grain fin, souvent très fin, et de petites mailles brunes sont nettement visibles sur les bois de quartier.
Les cernes peu contrastées forment un veinage à peine perceptible. Son fil est droit, très régulier et l’aubier difficile à discerner du bois parfait.
C’est un bois dense à structure très homogène. Il est rigide et se fend difficilement. Il a une légère tendance à se déformer. Sa faible durabilité naturelle en fait un bois d’utilisation intérieure. En contrepartie, c’est un bois facile à cintrer et qui s’imprègne très bien. Le clouage se fait sans problème, mais le vissage nécessite des avant-trous.
Avant de conquérir les amateurs de bois clair, le hêtre était surtout utilisé pour les billots, établis, les carcasses de meubles et de sièges, les pièces cintrées et tournées, comme les manches d’outils ou les articles de ménage.
Aujourd’hui, on le trouve aussi en parquets à teinter et sous forme de lamellé-collé, en larges plateaux. Sensible aux variations hygrométriques, on évite de l’employer en pièces articulées (portes, tiroirs).
Comme son grain est fin, le hêtre se ponce bien et sa surface acquiert rapidement un beau poli. Il accepte aussi facilement les teintes naturelles (chêne, noyer, merisier, etc.) que les lasures de couleurs. Peintures et vernis se font sans difficultés, on aura toutefois soin de poncer légèrement entre chaque couche.

tl_files/Evolubat/photos lexique/hetre.jpg

Hors d’eau hors d’air
Correspond à l’étape de construction d’une maison où après la dalle et les murs porteurs, ont été posés les huisseries extérieures (portes, fenêtres) et le toit. Cette étape est aussi appelée Clos-couvert

H.P.V. (Hautement Perméable à la Vapeur d’eau)
Toile tissée étanche à l’eau mais qui laisse passer l’air donc « respirer » le mur.
Ce matériau est utilisé dans les maisons ossature bois et sous les tuiles de la couverture.
Une membrane est considérée comme HPV si sa valeur Sd est inférieure ou égale à 0,10 m (correspond au classement Sd1 du CSTB

H.Q.E. (Haute Qualité Environnementale)
Démarche de construction composée de 14 objectifs à atteindre répartis en 2 catégories :
Impact extérieur
- Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat
- Choix intégré des procédés et produits de construction
- Chantier à faibles nuisances
- Gestion de l'énergie
- Gestion de l'eau
- Gestion des déchets d'activités
- Entretien et maintenance
Confort intérieur
- Confort hygrothermique
- Confort acoustique
- Confort visuel
- Confort olfactif
- Conditions sanitaires
- Qualité de l'air
- Qualité de l'eau

Humidité relative du bois
Rapport exprimé en pourcentage, entre la quantité d’eau contenue dans une pièce de bois et le poids anhydre de ce même bois.

I comme Indice coût de la construction, inertie thermique, isotrope

Imposte
Partie fixe ou mobile, parfois vitrée, située au-dessus d'une porte ou d'une fenêtre.

Indice coût de la construction
Indice du coût de la construction réactualisé chaque trimestre par l’INSEE permettant de réactualiser un devis (prix devis multiplié par nouvel indice et divisé par ancien indice = prix réactualisé).
http://www.insee.fr

Inertie thermique
L’inertie thermique d’un logement peut être définie comme la capacité qu’il offre de maintenir stable sa température intérieure un temps donné malgré les variations des températures extérieures ou de l‘ensoleillement.

Isolant
Se dit de matériaux mauvais conducteurs de chaleur (isolant thermique), du bruit (isolant phonique).

Isotrope
Se dit d’un matériau dont les propriétés sont identiques quel que soit son sens.

J comme jambe de force, jouée

Jambe de Force
Pièce légèrement inclinée portant le faux entrait depuis l’arbalétrier dans le cas d'un comble aménageable.

tl_files/Evolubat/photos lexique/jambe-de-force.jpg
Jouée
Côté d'un volume triangulaire par exemple d’une lucarne.

K comme Kerto

Kerto

Procédé de fabrication de poutres en bois apparu en Finlande en 1980.
C’est un lamibois de placages de résineux d’épaisseur de 3 mm assemblés et collés avec une résine phénolique.
Ces poutres sont utilisées pour la fabrication d’un solivage ou d’une charpente de grande portée.
L’inconvénient principal est la forte emprise de ces poutres (40 à 50 cm de hauteur).

tl_files/Evolubat/photos lexique/kerto.jpg

L comme Laine de roche, Laine de verre, Lamelle-collé, lucarne, LVL Lamibois

Laine de bois
Isolant naturel à base de fibres de bois (92%)

tl_files/Evolubat/photos lexique/laine-de-bois.jpg
Laine de roche
La laine de roche est fabriquée à partir de la roche naturelle de Basalte, son processus est similaire à l’action d’un volcan. Elle se compose de roche, de calcaire, d’un liant et d’une huile d’imprégnation qui rendent les fibres stables et hydrofuges.
Atouts principaux en plus de l’isolation thermique et phonique :
. résistance au feu la laine de roche non surfacée (nues, sans pare vapeur) est A1 (produit incombustible)
. résistance à l’humidité (non hydrophile)
. excellente tenue dans le temps

Laine de verre
La laine de verre est fabriquée par réchauffement de tessons de verre (env. 40%) et de carbonate de calcium, de dioxyde de silicium et de carbonate de soude (env. 60%). Les fibres qui se forment lors du processus de production sont collées les unes aux autres avec un liant
Atout principal en plus de l’isolation thermique et phonique :
. résistance au feu la laine de verre non surfacée (nues, sans pare vapeur) est A1 (produit incombustible)

Lambda
Il mesure la conductivité thermique du matériau : la facilité qu’un isolant a de conduire la chaleur (il est alors mauvais) ou de ne pas la conduire (donc là il isole bien). C’est un des paramètres les plus importants de votre choix dans l’isolant. Et vous voulez donc avoir un lambda le plus bas possible. Les isolants actuels vendus dans le commerce évoluent dans une fourchette entre 0,035 (pour les meilleurs) et 0,050 (pour les moins bons).

Lambourde
Pièce de bois horizontale servant à recevoir le plancher.

Lambris
Revêtement de menuiserie ou décor en bois épaisseur 12 ou 16 mm, composé d’éléments généralement en lames juxtaposées et assemblées.

Lame d'air
Espace ménagé entre deux parois pour en assurer la ventilation.

Lamellé-collé
Technique de fabrication qui permet la réalisation de pièces de bois de grandes tailles à partir de lamelles de plus faibles dimensions. Lors du collage, le sens des fibres est alterné pour offrir une plus grande résistance et une meilleure tenue dans le temps. On a très souvent recours aux poutres lamellées-collées pour soutenir les toitures de gymnases, bâtiments industriels ou publics de grandes superficies. Le lamellé collé reste plus onéreux qu’un bois massif.

tl_files/Evolubat/photos lexique/lamelle-colle.jpg
Lamibois
Appellation française du LVL - Panneau dérivé du bois constitué de placages majoritairement orientés dans le sens long.

tl_files/Evolubat/photos lexique/lamibois-lvl.jpg
Larmier ou goutte d'eau
Petit canal présent sous les éléments saillants exposés à la pluie. Il interrompt le cheminement de l'eau et l'empêche de ruisseler sur la façade ou de pénétrer entre l'ouvrant et l'appui.

Lasure
Produit pigmenté, laissant apparaître les veines du bois, non pelliculaire, pour rehausser et conserver l‘aspect du bois. Ce type de produit ne nécessite pas de décapage des couches précédentes, lors de son entretien.

Linteau
Pièce de bois, de fer ou bloc de pierre ou de béton formant le haut du cadre d'une porte ou d'une fenêtre.

Lisses
Les Lisses ou filants maintiennent les fermettes à la distance à laquelle elles ont été posées.
ou
pièce de bois continue placée en partie basse ou haute d'un mur d'ossature bois.

Lisse basse ou (semelle)
Élément de liaison entre les fondations et le plancher, ou, entre le plancher et les murs

Liteau
Bois de petite section généralement 25/40 mm supportant une couverture en petits éléments (tuiles, ardoises...).

Lucarne
Fenêtre rectangulaire ou carrée en saillie sur un toit recouverte d’une forme de toiture avec jouées latérales opaques ou vitrées   

Lucarne jacobine

tl_files/Evolubat/photos lexique/lucarne-jacobine.jpg
Lucarne capucine

tl_files/Evolubat/photos lexique/lucarne-capucine.jpg

Lucarne rampante

tl_files/Evolubat/photos lexique/lucarne-rampante.jpg
Lucarne rampante chien assis

tl_files/Evolubat/photos lexique/lucarne-rampante-chien-assis.jpg
Lucarne Outeau

tl_files/Evolubat/photos lexique/lucarne-outeau.jpg
LVL
Le Laminate Veener Lumber est fabriqué en panneaux comme le contreplaqué, mais les feuilles de placages sont toutes disposées et collées dans le sens longitudinal, pour lui donner des performances élevées en sens long.

M comme Mansarde, Marquise, Mezzanine, MOB

MDF
De l'Anglais Médium Density Fiberboard, il est composé de fibre de bois obtenue par fragmentation et défibrage de plaquettes provenant de billons de bois.

Madrier
Ce terme définit une poutre de bois de section rectangulaire environ 10 x 20 cm qui sert à la construction d’une charpente.

Main courante
Pièce moulurée ou non, couronnant une rampe ou une balustrade et sur laquelle glisse la main.

Mansarde
Forme brisée d’un comble qui permet son aménagement.

Marquise
Auvent placé au-dessus d’une porte ou d’un perron.

Massif
Qualifie un bois non plaqué et non creux, ou un ouvrage dont les éléments sont en bois plein au lieu d'être composés de plusieurs pièces assemblées.

tl_files/Evolubat/photos lexique/massif.jpg


Mélèze
Arbre à croissance lente en provenance de Sibérie ou Pays de l’est. Naturellement imputrescible, le mélèze est souvent utilisé pour la construction des maisons bois particulièrement exposées aux intempéries.
Attention au mélèze en lame de terrasse, car il contient beaucoup de résine et on n’a les pieds tout collants après.

tl_files/Evolubat/photos lexique/meleze.jpg

Métisse
Isolant à base de fibres textiles recyclées.

tl_files/Evolubat/photos lexique/metisse-isolant-fibres-textile.jpg
Mezzanine
Aménagement dans les combles d’un espace mezzanine avec vide dans le plancher pour en améliorer le volume (vide sur entrée, vide sur salon…).

M.O.B.
Abréviation de maison à ossature bois.

Moise
Pièce de bois double reliant des éléments de charpente compris entre elles.

Montant
Pièce de bois verticale d'un élément de mur à ossature bois. Les montants sont placés tous les 30, 40 ou 60 cm et leurs sections dépendent des efforts à reprendre et de l'épaisseur de l'isolant placé entre eux.

Mortaise
Cavité appelée mortaise, creusée dans une pièce de bois pour recevoir le tenon.

tl_files/Evolubat/photos lexique/mortaise.jpg

Muralière
Pièce de bois fixée le long d'un mur pour recevoir des solives de plancher.

tl_files/Evolubat/photos lexique/muraliere.jpg

N comme Nailweb, NFC 15-100, NF - CST Bat

Nailweb
La poutre Nailweb est une association de membrures (parties hautes et basses en bois) reliées par des éléments métalliques afin de franchir de longues portées (5.00 à 10.00 m en général).
Ces poutres sont utilisées pour la fabrication d’un solivage ou d’une charpente de grande portée.
L’inconvénient principal est la forte emprise de ces poutres (40 à 50 cm de hauteur).

tl_files/Evolubat/photos lexique/Nailweb.jpg

NFC 15-100
Norme en vigueur d’installation électrique en application depuis 31 mai 2003 qui s'applique aux bâtiments neufs et rénovation des bâtiments existants ainsi que pour toute extension

NF-CSTBat
La marque NF-CSTBat gérée par le Centre Scientifique du Bâtiment, certifie suite à des tests rigoureux les performances de perméabilité à l’air (A), d’étanchéité à l’eau (E) et de résistance au vent (V) définies dans la norme NF P 20-302.
Elle certifie également que les fabrications des produits qui relèvent d’un système ayant fait l’objet d’un avis technique, sont conformes à la définition donnée dans ce dernier.
Une surveillance régulière est exercée par le CSTB, elle est composée d’au moins 2 contrôles annuels sur le site de production.

Nœud
Nom utilisé en charpente pour désigner un point précis d'assemblage ou de calcul des efforts.

Noue
Angle rentrant incliné formé par la jonction de deux pentes d'une couverture.

O comme OB Oscillant et Battant, Ossature Bois, OSB

OB
Abréviation de Oscillant et Battant
Vantail d’une fenêtre ou porte qui pourra s’ouvrir soit par basculement ou par ouverture à la Française c'est-à-dire en battant

Onglet
Assemblage à angle droit de deux moulures coupées à 45°.

Ossature
Ensemble des montants et traverses composant la structure porteuse d'un mur. Il peut être aussi employé pour un ensemble de solives et entretoises composant l’ossature porteuse d’un plancher

Ossature bois
Construction en bois basées sur la fabrication d’un « squelette » fait d’éléments de bois porteurs entre lesquels est placé l’isolant (laine de verre, de roche ou chanvre…). Cette structure est ensuite fermée le plus souvent par du bardage à l’extérieur, parfois par des panneaux recouverts de crépi
Il en ressort trois techniques différentes :

. Le colombage avec un assemblage de poteaux semelles par tenons et mortaises

tl_files/Evolubat/photos lexique/ossature-bois-colombage-1.jpg
. La technique poteaux poutres pour les grands volumes aménageables

tl_files/Evolubat/photos lexique/ossature-bois-poteaux.jpg
. L’ossature bois à panneaux préfabriqués
tl_files/Evolubat/photos lexique/ossature-bois-panneaux-prefabriques.jpg

O.S.B. (Oriented Stand Bard = panneau de lamelles orientées)
Panneau constitué de lamelles de bois résineux. Ces lamelles sont collées de façon orientée. Un panneau est constitué de deux couches externes dont l’orientation des lamelles est longitudinale et d’une couche centrale à l’orientation perpendiculaire pour une meilleure stabilité. Ces panneaux sont très souvent utilisés pour réaliser les murs de maisons ossature bois et plancher de qualité.
OSB 2 pour panneau travaillant en milieu sec
OSB 3 pour panneau travaillant en humide
OSB 4 pour contraintes élevées en milieu humide

tl_files/Evolubat/photos lexique/OSB.jpg
Ouate de cellulose
Isolant à base de fibres papier recyclé.

tl_files/Evolubat/photos lexique/ouate-de-cellulose.jpg

P comme pare-pluie, pare-vent, photovoltaique, psl (parellam), puits canadien

Panneau
Famille d'éléments plans dérivés du bois. Panneaux de particules, contreplaqués, lattés, panneaux de fibres et OSB.

Panneau bois
Panneau d’origine ligno-cellulosique (bois) comprenant : les panneaux de particules, les contreplaqués, les panneaux de fibre, les panneaux lattés, les panneaux OSB...

Panneau bois-ciment
Panneau de particules à base de liants hydrauliques et de particules de bois

Panneau contreplaqué
Le panneau contreplaqué est obtenu par collage de plis superposés à fils croisé. En général, les plis extérieurs et intérieurs sont placés symétriquement de chaque coté d’un pli central ou d’une âme.

Panneau de fibragglo
Panneau de fibres à base de liants hydrauliques et de copeaux de bois longs.

Panneau de fibres (MDF)
Panneau fabriqué avec des fibres ligno-cellulosiques, dont la cohésion primaire résulte du feutrage des fibres et de leurs propriétés adhésives propres. Des liants et/ou des adhésifs peuvent y être incorporés

Panneau de particules
Panneau composé de fins copeaux de bois provenant de rondins et de recyclage de produits connexes provenant de la première transformation du bois, pressés et collés

Panne
Pièce de bois porteuse posée sur les arbalétriers ou sur les murs porteurs à pose horizontale parallèle à l’égout d’un toit portant les charges de la couverture.

tl_files/Evolubat/photos lexique/panne-arbaletrier.jpg

Panne Faîtière
Panne supérieure sous le faîtage

tl_files/Evolubat/photos lexique/panne-faitiere.jpg
Pare-air
Matériau mis en œuvre conjointement avec les parements ou les pare-pluie et pare-vapeur pour assurer l’étanchéité à l’air des ouvrages

Parclose
Baguette de bois ou de pvc qui maintient un vitrage ou un panneau plein dans les feuillures d'un châssis vitrée ou opaque

Parement
Surface visible extérieure ou intérieure d’un mur. Le parement peut recevoir un revêtement tel que : peinture, enduit, bardage.... ou rester en l’état si sa surface est destinée à être apparente
C'est également la plus belle face d'un ouvrage recevant la finition ou la face de référence pour les usinages

Parquet
Lames de bois d’épaisseur 22 mm assemblées sur un lattage ou collées sur une dalle béton

Pare-pluie
Matériau rigide ou le plus souvent souple placé côté extérieur d'un mur en ossature bois placé entre le panneau de contreventement et les tasseaux servant à fixer le bardage et destiné à protéger le mur des éventuelles pénétrations d'eau. Il joue souvent le rôle de pare-vent et doit être perméable à la vapeur d'eau

Pare-vapeur
Matériau rigide ou le plus souvent souple placé côté intérieur (chaud) d'un mur en ossature bois, généralement derrière la plaque de parement et destiné à limiter la transmission de vapeur d'eau. Il contribue également à assurer l'étanchéité à l'air

Pare-vent
Matériau souple ou rigide, son rôle est souvent tenu par le pare-pluie

Perméabilité
Quantité de vapeur d'eau qui traverse en une heure un m2 de matériau sur 1mètre d'épaisseur pour une différence de pression partielle de 1 mm /Hg entre les deux faces. Elle s'exprime en : g/m.h.mm Hg

Perméance
Quantité de vapeur d'eau qui traverse 1 m² de matériau en une heure pour une différence de pression partielle de 1 mm/Hg entre les deux faces. Elle s'exprime en g/m². h.mm Hg

Perspirant
Matériaux perméables à la vapeur d’eau c’est à dire étanches à l’air et ouverts à la diffusion de la vapeur (de plus en plus ouverts en allant de l’intérieur vers l’extérieur). C’est le même principe que la peau du corps humain. L’humidité ne sera pas enfermée dans le bâti et procurera un habitat sain. L’aération quotidienne est toujours de mise

Phonique
L’isolation phonique ou acoustique a pour objectif d’éviter la propagation du bruit à travers les parois d’une pièce. Il est nécessaire de traiter ces parois d’une part contre les bruits extérieurs, et d’autre part pour que les bruits émis depuis cette pièce ne se diffusent vers l’extérieur.
La correction acoustique consiste à modifier le rendu sonore d’une pièce pour l’adapter à son utilisation (home cinéma, chambre…).
Pour réaliser une isolation acoustique, il existe trois principes de base :
- La loi de masse
Plus c’est lourd, mieux ça isole.
Autrement dit, à épaisseur égale, une cloison en béton isolera mieux qu’une cloison en carreau de plâtre, car à volume égal, le béton est plus lourd que le plâtre.
- La loi masse-ressort-masse
En combinant certains matériaux, on peut appliquer le principe dit « masse-ressort-masse ».
Deux masses sont séparées par un ressort, lequel peut-être de l’air ou un matériau absorbant. Lorsque le bruit heurte la première masse, celle-ci se met à osciller. Le ressort entre les deux couches intercepte ces vibrations et fait office d’amortisseur. Le bruit est ensuite considérablement atténué lors de sa transmission à la deuxième masse. L’épaisseur et la qualité amortissante du ressort constituent les facteurs essentiels pour déterminer le niveau d’absorption des vibrations.
Ce principe consiste à utiliser des parois doubles, telles que plaques de plâtre, séparées par de l’air rempli  par une laine minérale, qui absorbe et dissipe l’énergie.
En rénovation, cette solution permet un traitement efficace sans surcharger les structures.
- La loi d'étanchéité
Là où l’air passe, le bruit passe. Fenêtres, bas de portes, coffres de volets roulants, entrées d’air, mauvaise étanchéité en pied de cloison sont autant de sources de mauvaise étanchéité qu’il convient de ne pas négliger pour obtenir une isolation satisfaisante. Toutefois, le renouvellement de l’air du logement est indispensable. Il faudra donc laisser passer l’air en limitant le passage du bruit.
La performance de l'isolation acoustique est qualifiée par un indice unique, appelé indice d'affaiblissement acoustique Rw, exprimé en dB. Mesuré en laboratoire, il permet d'exprimer la réduction du bruit transmis d'une pièce à l'autre grâce à l'isolation de la paroi.

Photovoltaïque
Procédé qui permet de convertir la lumière en électricité via des cellules à base de silicium. Dans le cadre d’une installation électrique, les cellules puis les panneaux sont reliés entre eux pour accroître la puissance globale. Pour pallier le décalage entre les heures de consommation intensive et celles où le rayonnement offre le meilleur rendement, on a recours à des accumulateurs pour stocker l’électricité et à un régulateur pour éviter les surcharges et les décharges
Le courant produit étant continu, il est nécessaire, pour alimenter certains appareils qui ne fonctionnent qu’avec un courant alternatif, de le convertir à l’aide d’un onduleur

Pignon
Façade d’un bâtiment ou surface de toiture perpendiculaire au faîtage. Dans le cas de toiture à quatre pans, le pignon correspond à la façade la plus courte ou à la surface la plus petite

Pin sylvestre
Résineux très répandu dans les montagnes d’Europe occidentale, en France dans les Alpes, Vosges et Massif Central. Il est employé principalement en charpente.

tl_files/Evolubat/photos lexique/pin-sylvestre.jpg

Planche d'égout
Planche en bois ou en panneau contreplaqué (CTBX), fixée en partie basse d’un pan de toiture sur l'extrémité des chevrons. Les éléments de zingueries (gouttières) sont généralement fixés sur les planches d’égout.

Planche de rive
Planche en bois ou en panneau contreplaqué (CTBX), fixée en partie latérale d’un pan de toiture sur l'extrémité des pannes ou contre pignon

Plancher bois
Ensemble des pièces de bois supportant la surface horizontale d'un étage dans une construction à plusieurs niveaux

Planelle
Petit élément de maçonnerie en brique ou en béton positionné dans l’épaisseur d’une dalle béton côté façade et servant de coffrage pendant la construction

tl_files/Evolubat/photos lexique/Planelle.jpg
Platelage
Autre nom donné à un plancher

Placostil
Cloison de distribution des pièces dite «légère» comprenant une ossature métallique verticale avec habillage de deux faces par plaques de plâtre. L’utilisation d’un isolant phonique intérieur sera nécessaire pour un minimum d’isolation phonique

Plénum
Espace situé entre deux parements de paroi.

PLU
Abréviation de « Plan Local d’Urbanisme » document rédigé par les communes qui encadre l’architecture de tout bâtiment suivant les règles locales (appelé antérieurement POS abréviation de Plan d’Occupation des Sols)

Poinçon
Pièce de charpente reliant le faîtage et l'entrait d'une ferme.

tl_files/Evolubat/photos lexique/poincon-charpente.jpg
Polyane
Ce nom désigne souvent de façon générique, sur chantier, les films plastiques (surtout polyéthylène) utilisés comme bâches et protections diverses, ou comme pare-vapeur ou barrières d'étanchéité.

Porte à faux
Partie d'une poutre ou d'une construction se prolongeant au-delà des appuis.
En porte-à-faux, en dépassement par rapport à un point d'appui.

POS
Abréviation de « Plan d’Occupation des Sols » document rédigé par les communes qui encadre l’architecture de tout bâtiment suivant les règles locales (remplacé progressivement par le PLU abréviation de Plan Local d’Urbanisme)

Poteau
Pièce de bois verticale de forte section servant à équilibrer des forces importantes.

Poteau-poutre
Technique de construction bois qui offre la plus grande liberté architecturale grâce à la mise en œuvre de poutres et poteaux dotés d’une forte capacité de portance. Il est possible alors de réaliser des espaces intérieurs très ouverts aux volumes importants sans nécessité de murs porteurs. Cette technique de construction bois est la seule à permettre la réalisation de larges façades vitrées.

tl_files/Evolubat/photos lexique/poteau-poutre.jpg
Potelet
Pièce de bois verticale reliant l'entrait à l'arbalétrier appelé aussi jambe de force.

Poutre
Nom donné à une pièce de bois massif, lamellé-collé, composite ou LVL de forte section supportant d'autres éléments de charpente ou de plancher.

Poutre espace
La poutre espace est une association de membrures (parties hautes et basses en bois) reliées par des éléments métalliques afin de franchir de longues portées (5.00 à 10.00 m en général).
Ces poutres sont utilisées pour la fabrication d’un solivage ou d’une charpente de grande portée.
L’inconvénient principal est la forte emprise de ces poutres (40 à 50 cm de hauteur).

tl_files/Evolubat/photos lexique/Poutre espace.jpg

Poutre I

Plusieurs types de fabrications occupent le marché des poutres en I, on peut citer les principaux :
- Nailweb, Poutre espace, Solivide pour les poutres en I bois et métal
- Kerto, Lamibois, Finnforest pour les poutres en I tout bois                                  

tl_files/Evolubat/photos lexique/Poutre 1a.jpgtl_files/Evolubat/photos lexique/Poutre 1b.jpg
Prêt Climat Lorraine
Le prêt Climat Lorraine est un crédit affecté, amortissable et plafonné, son taux fixe de 0% est hors assurance facultative, cumulable avec le crédit d’impôt. Ce crédit est affecté aux travaux d’isolation thermique des parois opaques et remplacement de portes et fenêtres sous conditions de performances minimales, pour toute construction dont le permis de construire a été déposé avant le 1 septembre 2006.

PSL
Le parallel strand lumber souvent appelé Parallam, est composé de longues bandes de placage collées fil à fil et pressées, pour former des éléments en continu sous forme de poutres de grosses sections, utilisées en l'état ou refendues.

Puits canadien
Le puits canadien est un système de chauffage géothermique. Contrairement à un circuit de VMC traditionnel, l’air introduit dans la maison a d’abord circulé dans un conduit enfoui à environ 2m sous le sol. A cette profondeur, la température varie peu, entre 10 et 16°c selon la période de l’année. L’air aspiré est alors plus chaud en hiver ou plus frais en été d’une dizaine de degré. Cette technique permet de réduire sensiblement sa facture de chauffage.

tl_files/Evolubat/photos lexique/puits-canadien.jpg

Q comme quartier tournant

Quartier tournant
Partie d'un escalier qui est cintrée en plan. Les marches font alors une révolution autour d'un angle quelconque.

R comme récupération eau de pluie, Red cedar, RT 2005, RT 2012

Rampant
Correspond à la pente d’un comble.

Raidisseur
Pièce de bois servant de renfort d'un élément (cloison, etc.) pour en augmenter son inertie et lui éviter de flamber en compression.

Réaction au feu
Elle caractérise l'aliment qu'un matériau est susceptible d’apporter à l’incendie et la façon dont il peut contribuer à son développement. Dans la réglementation française, la réaction au feu des matériaux de construction fait l’objet d’une classification établie en fonction de la combustibilité et de l’inflammabilité liées au dégagement de gaz plus ou moins inflammables au cours de la combustion des matériaux
Anciennes normes :
M0 " incombustibles "
M1 " non inflammables "
M2 " difficilement inflammables "
M3 " moyennement inflammables "
M4 " facilement inflammables"
M5 " très facilement inflammables"
Remplacées par :

tl_files/Evolubat/photos lexique/reaction-au-feu.jpg
schématisé par :

tl_files/Evolubat/photos lexique/schema-reaction-au-feu.jpg

Récupérateur eau de pluie
Système qui consiste à utiliser la surface d’une toiture pour récupérer les eaux de pluie et les stocker dans une cuve. Les eaux servent ensuite à alimenter la machine à laver le linge, les wc ou arroser le jardin principalement.
Au-delà de l’aspect écologique, la récupération des eaux de pluie représente une économie annuelle non négligeable. L’eau récupérée présente aussi l’avantage de ne pas être calcaire

Red cedar (western red cedar)
Arbre majestueux à croissance rapide en provenance de la côte pacifique du Canada en majorité. C’est un bois léger, apprécié pour la jolie couleur gris argenté qu’il donne aux façades non traitées en vieillissant. Il est souvent utilisé en bardage ou lambris

tl_files/Evolubat/photos lexique/red-cedar.jpg

Réflecteur thermique
Les isolants minces multicouches réflecteurs sont des complexes techniques de faible épaisseur composés d’un assemblage de films réflecteurs et de séparateurs associés (ouates, mousses, etc…).
Les films réflecteurs ont pour fonction de réfléchir le rayonnement thermique : c’est le principe du double vitrage et de la couverture de survie appliqué à l’isolation de la maison

tl_files/Evolubat/photos lexique/reflecteur-thermique.jpg
Rénovation
La rénovation est souvent bien plus complexe que la construction. En effet, aux enjeux de confort et de performances de toute construction, il faut ajouter le prise en compte de la situation du bâtiment, des matériaux et principes constructifs qui ont été utilisés et, en plus, essayer de garder le "cachet" !
Trop souvent, beaucoup trop souvent, nous arrivons trop tard ; par exemple, le "moellons" a été massacré à coup de béton, enduit ciment ou autres matériaux non perspirants, la charpente a été bricolée en dépit de toute règle de l'art, le auvent ou appentis ajoutés "bouffe" la lumière...
Pourquoi quand il y a de la neige sur le toit, les portes de l'étage ne ferment plus ? Incroyable mais vrai ! Un bricoleur avait coupé l'entrait de ferme sans le "retroussé" du coup le toit plie sous le poids de la neige et les portes ne ferment plus !!
Quelquefois, je suis tellement désespéré quand je visite certaines maisons ayant subit une somme de travaux incohérents, incompatibles et irréversibles, que j'en arrive à dire au client : "vendez ou rasez, et faites reconstruire !"
Alors, s'il vous plaît, prenez votre temps, consultez, réfléchissez ! Nous sommes là pour vous aider dans cette démarche.

Résistance au feu
Ensemble des critères définissant la résistance au feu d’une paroi, constitué des paramètres de stabilité au feu (SF), pare-flammes (PF) et coupe-feu (CF). La résistance au feu d’un élément de construction est sa capacité à répondre aux exigences de stabilité mécanique, d’étanchéité aux flammes et absence d’émission de gaz chauds ou inflammables, et d’isolation thermique (échauffement moyen à 140°C) au delà d’un temps défini

Résistance thermique
Coefficient indiquant la valeur d’isolation thermique appelé R (par exemple R = 5.00 pour une laine de verre de 200 mm avec un lambda de 0.04). Plus R est grand plus l’isolant est performant

Revêtement
Ouvrage recouvrant une paroi pour la consolider, la protéger, l'isoler ou la décorer.

Rive
Bord latéral d’une toiture.

Robinier
Le Robinier, communément dénommé faux acacia, offre une alternative crédible à l'utilisation des bois exotiques, comme le teck ou l'iroko, en extérieur (terrasses) ou en intérieur (parquet). Avec une croissance plus rapide que les éternels chêne et châtaigner, le robinier offre les mêmes avantages : dureté et résistance aux agressions.

tl_files/Evolubat/photos lexique/robinier-faux-acacia.jpg
Rondin (calibré)
Tronc d’arbre raboté qui, contrairement à la fuste, possède le même diamètre sur toute la longueur (minimum de 145 mm selon les règles françaises). Il est employé dans la construction des maisons en bois massif

RT 2005
La Réglementation Thermique 2005, applicable aux permis de construire postérieurs au 1er septembre 2006, vise à réduire les consommations d’énergie des bâtiments neufs ainsi que les émissions de CO2 dans l'objectif global de réussite du Facteur 4, engagement national de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre du pays à l'horizon 2050. Très prochainement remplacée par la RT Grenelle Environnement 2012 (RT 2012) dont le niveau d'exigence en termes d'économie d'énergie traduit une politique énergétique beaucoup plus ambitieuse, elle reste néanmoins valable pour les bâtiments publics jusqu’au 30 juin 2011 et pour les bâtiments résidentiels jusqu’au 31 décembre 2012.

RT 2012
Réglementation thermique applicable à partir du 1er janvier 2013 pour tous les bâtiments résidentiels neufs définis par l'arrêté du 26 octobre 2010.
La RT 2012 devient plus exigeante en termes de performance globale du bâtiment et s'oriente vers les exigences du Bâtiment Basse Consommation (BBC) comme base réglementaire pour toute nouvelle construction. Par la performance énergétique que requiert un bâtiment basse consommation, la RT 2012 doit permettre de mieux répondre aux objectifs d'économies d'énergie et d'évictions de CO2 que s'est fixé le Grenelle de l'Environnement pour le Bâtiment, 1er consommateur d'énergie en France.
La RT 2012 constitue une rupture dans la façon de concevoir le bâtiment et nécessite une réelle adaptation des professionnels face aux exigences de performance énergétique globale du bâtiment qu'elle introduit. La RT 2012 fixe en effet une limite maximale de consommation énergétique des bâtiments neufs reprenant le niveau du Label BBC-Effinergie. Elle s'articule autour des 5 usages que représentent le chauffage, l’éclairage, la ventilation, la production d’eau chaude sanitaire et la climatisation et permet de promouvoir la conception bioclimatique du bâtiment.
Au regard de ces 5 usages, la RT 2012 imposera donc une montée en puissance des produits et équipements énergétiquement très performants avec en particulier la mise en œuvre de solutions d’isolation thermique haute performance et une attention particulière à l’étanchéité à l’air du bâtiment.

S comme Sabot, securit, solive, structure

Sablière
Pièce de bois continue placée à plat sur le dessus d'un mur et destinée à supporter les chevrons.
Dans un mur en ossature bois la sablière contribue à la rectitude des différents éléments de mur.

Sabot
Support métallique recevant pannes ou solives.

Sd
Valeur de perméance d’un matériau ouvert à la diffusion de la vapeur d’eau.
Plus la valeur Sd est élevée plus le matériau est imperméable.

Sécurit
Un vitrage trempé est un verre ayant subi un traitement thermique à haute température suivi d'un brusque refroidissement.
Un vitrage trempé est simplement désigné par son épaisseur en mm
Le processus de trempe a pour effet de renforcer la résistance à la flexion et aux chocs thermiques.
Lors d'un choc, le verre se casse en petits morceaux relativement peu coupants.
Dés qu'un vitrage est fixé mécaniquement, pincé, percé, avec encoches, il doit être trempé.

Semelle
Pièce de bois continue, ancrée sur une dalle béton ou sur un plancher, généralement de même section que la lisse basse d'une paroi qui sera fixée sur elle

SHON

Abréviation de « Surface Hors Œuvre Nette» calcul qui régie la surface nette d’une construction habitable obligatoire pour une demande de permis de construire

Solin
Ouvrage en maçonnerie ou pièce métallique servant à assurer l'étanchéité entre éléments de couverture et mur

Solive
Pièce de charpente en bois qui s’appuie sur les poutres ou sur les murs porteurs d’un bâtiment, pour soutenir le plancher, le plafond ou le toit


Solivide
La poutre Solivide ou poutre espace est une association de membrures (parties hautes et basses en bois) reliées par des éléments métalliques afin de franchir de longues portées (5.00 à 10.00 m en général).
Ces poutres sont utilisées pour la fabrication d’un solivage ou d’une charpente de grande portée.
L’inconvénient principal est la forte emprise de ces poutres (40 à 50 cm de hauteur).

tl_files/Evolubat/photos lexique/Solivide.jpg

Stable au feu
Ce critère définit la propriété d’une paroi horizontale, verticale ou oblique exposée au feu, à satisfaire aux exigences de stabilité mécanique au delà d’un temps défini

Structure
Ensemble des éléments travaillants qui assurent la bonne tenue d'une construction
Partie d’ouvrage travaillant sous différentes sollicitations qui peut se décomposer en deux éléments distincts :
. Élément de structure principale dont l’effondrement totale ou partielle compromet la stabilité d’une construction sous les charges qui lui sont appliquées (montants, portiques, solives,….)
. Élément de structure secondaire dont l’effondrement n’a pas d’incidence sur la stabilité des éléments principaux (contreventements)

T comme Tasseau, toiture végétale, traverse, trémie, triple vitrage

Tableau
Dimensions finies d’une baie en extérieur.

Tapée
Pièce de bois, de pvc ou de métal rapportée sur le dormant d’une fenêtre pour y fixer les coulisses latérales des volets roulants.

Tasseau
Pièce de bois dont la section est inférieure à 5 x 7 cm, et qui sert à de multiples usages : comme support d'une pièce venant contre une autre, quand un simple clouage est insuffisant.

Tavaillons (bardeaux)
Planchettes de bois utilisées pour la toiture ou le bardage. De faible épaisseur, elles sont disposées à la manière d’ardoises pour assurer l’écoulement de l’eau et fixées à l’aide de pointes.

tl_files/Evolubat/photos lexique/tavaillons-bardeaux.jpg
Tenon
Extrémité élégie d'une pièce de bois qui doit s'emboîter dans une cavité correspondante appelée mortaise, creusée dans une autre pièce de bois.

tl_files/Evolubat/photos lexique/tenon.jpg
Tirant
En charpente, il joue le rôle d'un entrait et travaille en traction il peut être en bois ou métallique.

Tirefond
Organes d’assemblage utilisés en construction à ossature bois. Ce sont de grosses vis à bois de diamètre 8 à 14 mm, à tête hexagonale. Les tirefonds doivent être mis en place avec un pré-perçage.

Toiture végétale
Toiture étudiée pour l’implantation de végétaux dans le cadre d’une couverture traditionnelle ou l’aménagement d’un espace vert (grands bâtiments). Les avantages sont multiples : isolation thermique et phonique, lutte contre l’effet de serre, baisse de la chaleur ambiante en milieu urbain et surtout plus grande longévité de la toiture liée à une variation de température réduite).

Traitement
Ensemble des techniques de protection préventive ou curative des bois, par aspersion ou pulvérisation superficielle, ou par imprégnation en profondeur. Selon le cas, le traitement des bois vise à les protéger contre le pourrissement par l'humidité (hydrofuges et fongicides), contre les attaques des insectes xylophages (produits insecticides), ou encore contre des modifications secondaires inesthétiques (antibleu pour résineux).

Traverse
Pièce de bois continue assemblée à chaque extrémité des montants dans un élément de mur.

Trémie
Ouverture dans le plancher bois ou dalle béton pour la mise en place de l’escalier.

Triple vitrage
Indéniablement le triple vitrage assure la meilleure isolation possible à l'heure actuelle.
En fait, son intérêt s'inscrit plus dans une logique de limitation optimale des pertes énergétiques sous-tendue par celle d'un habitat respectueux de l'environnement qui consomme si peu qu'il se rapproche de l'idée de la maison "zéro énergie". Le triple vitrage est donc de ce fait plus un produit destiné à équiper les maisons passives.
Aussi, le triple vitrage a un avenir tout assuré. Certain de ces triples vitrages se sont par ailleurs vu attribuer le label habitat passif. Et pour cause, le triple vitrage est un peu le nec plus ultra pour ceux qui font le pari de la basse consommation et ont déjà investit dans ce sens.

U comme Ug, Uw

Ug
La valeur U traduit la force de conductivité thermique d’un vitrage.
Elle s’exprime par un coefficient Ug dont l'unité de l'isolation thermique est le W/(m².K), ce qui correspond au coefficient global de transmission par mètre carré. (par exemple 1.1W/(m².K)) ; plus cette valeur est basse, plus le vitrage est isolant
Ce paramètre intègre les déperditions par conduction et convection à travers le vitrage, ainsi que le rayonnement infrarouge renvoyé vers l’intérieur du logement.
Un triple vitrage ordinaire possédant deux lames d'air de 12mm chacune, installée dans de bonnes conditions, devrait afficher un U d'environ 1, à deux ou trois dixièmes près. Dans des conditions de conception et d'environnement équivalent, un double vitrage standard aura un U légèrement inférieur plutôt de l'ordre de 2.7 - 2.9 et un simple vitrage de 5.7 - 5.8
D’autres exemples valeurs Ug :
Simple vitrage : Ug 5,8 W/(m².K)
Double vitrage, lame d’air 12 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,9 W/(m².K)
Double vitrage, lame d’argon 12 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,6 W/(m².K)
Double vitrage, lame d’air 16 mm : Ug 2.2 W/(m².K)
Double vitrage, lame d’air 16 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,3 W/(m².K)
Double vitrage, lame d’argon 16 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,1 W/(m².K)

Uw
La valeur Uw traduit la force de conductivité thermique d’un vitrage avec l’ensemble de sa menuiserie ouvrante et dormante. Elle s’exprime par un coefficient dont l'unité de l'isolation thermique est le W/(m².K), ce qui correspond au coefficient global de transmission par mètre carré. (par exemple 1.1W/(m².K)) ; plus cette valeur est basse, plus la fenêtre est isolante
exemple valeurs comparatives Ug et Uw :
Double vitrage, lame d’argon 16 mm, couche à faible émissivité : Ug 1,1 W/(m².K)
Fenêtre double vitrage, lame d’argon 16 mm, couche à faible émissivité : Uw 1,4 W/(m².K)

V comme Volige, Velux, vp'x, VR Volet Roulant

Vêture
Ensemble des matériaux assurant la protection et l'habillage d'une façade.

Voile Travaillant ou Contreventement
Panneau assurant le contreventement d'un ouvrage en plaque associé à une ossature bois.

Volige
C'est une longue planche de largeur 10 à 12 cm et d'épaisseur 25 ou 27 mm cloué sur panne pour recevoir les éléments de couverture (liteaux et/ou tuiles).

Velux
Châssis de toiture ou fenêtre de toiture appelé communément « Velux » représentant la marque d’un fabricant.

VP’X
Écran souple de sous toiture TYVEK® VP’X est destiné à contribuer à la protection des toitures en petits éléments discontinus (ardoises et tuiles) contre les risques de pénétration de neige poudreuse, de suie et de poussière.
Écran souple de sous-toiture constitué d'un non tissé de fibres polyéthylène haute densité contrecollée sur un non-tissé de polypropylène et destiné à être posés tendus sur les éléments de la charpente supports des bois de couverture, avec ou sans ventilation de la sous-face de l’écran ou posés au contact direct d’une isolation thermique ou d’un support continu en bois ventilé en sous-face.

VR
Abréviation de Volet Roulant.

Z comme Zeninthal

Zénithal
L’éclairage zénithal sera apporté naturellement par un châssis de toiture.